À la croisée de deux mondes ou Humains, Vampires et Loups-Garous sont appelés à se confronter, ce RPG de Twilight débute à partir de Tentation
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un nouveau monde

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un nouveau monde   Sam 7 Mar - 23:44

Une semaine après la bataille contre le Clan des Cullen, je me réveilla dans une grand pièce qui était plongée dans la lumière du soleil. Me frottant les yeux j'analysais que j'avais un bras dans le plâtre. Mon regard balayait la pièce. Elle était grande et ressemblait à un bureau où l'on avait ajouté un lit. Petite à petite je commença à retrouver la mobilité de mon corps. Étais-je morte ? Apparemment non. Tout ce que je savais ... c'était que je ne connaissais pas cette pièce, ce lieu. Respirant profondément ... l'odeur n'était totalement inconnu.

La porte s'ouvrit sur un homme plate et plutôt grand. Il avait l'aire jeune. Soudainement je reconnu l'un des vampires contre lequel notre Clan s'était battu. Il s'avança vers moi. Je me raidit et ressentit une douleur dans mon bras plâtre me faisant faire une grimasse. Il s'arrêta devant moi et toucha à l'un des nombreux tubes que je n'avais jusqu'à là pas encore remarquer. Ce fut qu'a ce moment là qu'il remarqua que j'étais réveillée.


" Bonjour Marie ... Je suis Carlisle Cullen ! On peut dire que tu as eu de la chance ... juste ton bras ... je ne peux rien faire de mieux, il faudra attendre"

J'avais donc eu le bras brisée. Je m'attendais à bien pire. Le docteur m'osculata puis il me laissa descendre à la cuisine pour y manger quelques choses. Anthony avait surement du dire que nous nous nourrissions comme des humains bien que moi plus que lui, ils nous arrivaient de boire du sang humain.

Arriver dans la cuisine, il n'y avait personne ... juste une table avec quelques aliments. Je m'approcha prudemment. Pour mon instinct j'étais en danger dans cette maison. J'appelais Anthony mentalement ... espérant qu'il soit resté ici avec moi. Mais il ne semblait pas être ici. Prenant un bout de pain avec du chocolat, je continuais ma visite de la maison.

J'arrivais dans une grande pièce que j'analysais être un salon . Il y avait un grand piano à queu dans un coin devant une baie vitré. Elle était ouverte. Je m'y dirigea. Sortant sur la terrasse. Je m'assis sur le bord. Faisant attention a mon bras, je le serais doucement contre moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau monde   Dim 8 Mar - 0:48

Ça faisait déjà une semaine que nous étions ici et malgré l'hopitalité de ma famille, un mot que j'avais encore beaucoup de difficulté à pornoncer, car pour moi, ma famille était ma mère Isabella et ma soeur jumelle Marie, que je croyais encore inconsciente à l'étage. Mon sentiment de malaise, quoi qu'il fut atténué depuis notre arrivée à moi et ma soeur, j'avais eut l'occasion de rencontrer tous les membres de la famille Cullen, et grâce à mon pouvoir de lire dans les pensées, je m'étais vite rendu compte que ces gens, ne nous voulaient réellement aucun mal.

Il n'y avait qu'avec Edward que j'avais le plus de difficulté. Il avait beau être mon père, je n'arrivait toujours pas à le voir comme tel. Comment le pouvais-je puisque tout ce que j'avais entendu sur lui, était sorti de la bouche de Victoria et même si elle nous avaient recueillis, Moi et Marie et empêcher ma mère de mourir en la transformant, je ne lui avait jamais vraiment fait confiance.

J'avais donc décidé d'aller me promener dans les alentours de la maison où j'habitais désomais lorsque soudain je perçus la voix de ma jumelle dans mon esprit. Elle était donc enfin réveillée et probablement hors de danger. Je soupirai de soulagement et rebroussai le chemin jusqu'au manoir Cullen. En arrivant à peine 1 minutes après, je la vit, là, assise sur la terrasse, tenant son bras tout contre elle. Je souris et m'alla la rejoindre et m'assoya à côté d'elle, passant doucement mon bras autour de ses épaules, de façon protectrice et posa un baiser sur son front


- Je suis tellement content que tu t'en sois sortie. Je commençais à être mort d'inquiétude pour toi, Marie. Heureusement que Carlise était là. Il est plutôt sympa. Lui et Esmée sont les 2 que je préfère, personnellement.

Regardant sa soeur dans les yeux

Et Toi, dis-moi comment te sens-tu à présent ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau monde   Dim 8 Mar - 1:10

Au bout de 5 min, Anthony apparu entre deux arbres. Je fus légèrement soulage. Mon jumeau s'approcha de moi et vient s'assoir à cote de moi. Je me blottit comme à mon habitude contre son torc. Il me réprimanda. Il est vraie que moi aussi j'avais eu peur. Je pensais mourir des mains de mon père. Mais au fond, c'est une belle mort ... tué est pas son géniteur. Mais au fond j'aurais connu la fin. Anthony se sera venger. Mais tout avant changer lorsque j'avais cru que j'allais mourir alors j'avais dit à Edward Cullen qui j'étais. Visiblement il n'avait pas continué ce qu'il s'apprêtait à faire. Sous les ordres de Victoria s'était à moi de le tue mais tout le monde savait que je n'y arriverais pas.

Car déjà, je ne suis pas un vampire mais une hybride. C'est à dire que je suis la progéniture d'une humaine et d'un vampire. Je n'ai presque rien hérite de mon coté vampire. A la différence d'Anthony. Je plongea mon regard dans ses grands yeux. Les yeux de notre mère d'après Paul. En pensant à lui j'eu un frisson. Qu'était-il devenu. Etait-il mort ? et Maman ? Avait-elle été tué. Anthony prit alors là parole. Posant ma main valide sur son coup tiede, je lui parlais dans son esprit.


-Je n'ai vu que Carlisle ... il n'a pas l'air méchant ... la maison était vide lorsque je suis descendu.... je vais bien ne t'inquiéte pas ... j'ai juste mal au bras mais vu son état le contraire m'étonnerait


Je sourit pour ne pas l'inquiéter. Je savais qu'il ne voulait que mon bonheur et ma sécurité chose que je lui devais beaucoup. C'était un garçon admirable, le meilleur de tout les grands frères qu'une sœur pourrait rêver. Je touchais son visage pour lui parler dans son esprit comme je savais si bien faire ... c'était bien et moins fatiguant.


-ils sont si nombreux que ça alors ? Et que sont-ils devenu les autres ?


Je regardais Anthony. Cherchant mes réponses dans son expréssion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau monde   Dim 8 Mar - 9:53

    Je savais ce qui tracassais ma soeur. Je le voyait dans son esprit. Moi, par contre, contrairement à ma soeur, je savais qui, de notre clan, était mort et ceux qui était toujours là. Marie posa sa main toujours valide dans mon cou afin de me communiquer ce qu'elle avait envie de me dire. C'était devenu une habitude chez elle. De toute façon, entre nous, un simple regard parvenait à faire comprendre à l'autre ce à quoi on pensait ou presque.

    Marie me rassura en me disant qu'elle allait bien. Je m'adossai contre le mur de la maison et ma jumelle appuya sa tête sur mon torse et moi posai ma joue contre le sommet de son crâne. De cette façon, notre contact nous permettait de discuter ensemble sans prononcer de mots. Personne ne pouvait écouter notre conversation à part, Edward. Ce que j'avais fini par savoir, je tenais mon don de lire dans les pensées, de mon géniteur. Je me mis soudain à penser à lui, ce qui me fit grimacer. Il ne manquait plus qu'il vienne se mèler à notre tête à tête, pour je me referme sur moi-même. Je n'étais pas encore prêt à lui faire face et lui parler. J'avais tant de questions qui me brûlaient la gorge mais j'étais inccappable de les poser. Enfin pas pour le moment. J'avais trop peur des réponses qui allaient en sortir.

    Marie me raconta n'avoir vu que Carlisle à son chevet et ignorait que la famille était aussi grande que je lui laissais entendre. Ma jumelle plongea son regard vert profond cherchant à ce que je lui répondre.


    - Eh bien, Carlisle est un peu le père de la famille Cullen. Il est médecin à l'hopital de Forks. Je me demande d'ailleurs comment un vampire fait pour travailler dans un hopital où l'odeur du sang est omniprésente. C'est ce qui m'impressionne le plus de cet homme, je crois. Enfin bref. Il y a sa femme Esmée. Elle est très gentille. Toujours à s'assurer que son monde manque de rien. Une vraie mère poule

    J'eue un de mes premiers éclat de rire, depuis que j'étais là. Je repris un peu mon sérieux et poursuivis ma description de ceux qui nous avaient recueillis.

    - Il y a Rosalie et Emmett que je décrirais un peu comme la belle et le colosse. Emmett est plutôt impressionnant quand on le regarde. Mais d'après ce que j'ai perçu, il n'est pas l'image de la grosse brute qu'il laisse paraitre. Il semble être plutôt futé et j'ai même l'impression qu'il n'a peur de rien. Rosalie m'a parut un peu plus froide mais je suis certain que ce n'est qu'un air qu'elle se donne.

    Je jetai un coup d'oeil à ma frangine, pour m'assurer de ne pas l'embêter avec mon histoire, mais elle semblait m'écouter attentivement. Toutefois, je décidai de ne pas m'éterniser trop longuement sur ma description des Cullen.

    - Il y a aussi Alice et Jasper. Alice ressemble à un petit lutin espiègle toujours de bonne humeur. D'après ce que j'ai pû comprendre, elle a la faculté de voir l'avenir. Peut-être nous aidera-t-elle à retrouver maman, ou peut-être pas ? Je tenterai de le savoir quand je pourrai être certain de leurs intentions envers nous. Pour ce qui est de Jasper, il est un peu dur à cerner. J'ai toujours une sensation de calme et bizzarement confiance, quand je suis à proximité de lui. C'est vrai qu'il a le don d'influencer le tempérament des gens qui l'entourent.

    Je baissai finalement les yeux. La dernière personne qui me restait à énoncer était Edward Cullen, celui grâce auquel moi et ma soeur avions vu le jour. J'aurais dû lui être reconnaissant en un sens mais pour le moment, c'était toujours au dessus de mes forces. Je terminai donc mon récit avec celui avec lequel je comptais le plus de ressemblances, et ce, bien malgré moi.

    - Finalement, il y a Edward Cullen, notre...p...géniteur, si je puis dire. Je n'arrive toujours pas à le considérer comme notre père. Pas encore du moins. Il faudrait que j'arrive à avoir une conversation avec lui pour en avoir le coeur net, mais je ne suis pas prêt pour ça pour l'instant.

    Je laissai échapper un soupir qui en disait long sur ce qui me tracassait. Allai-je finir par devenir moins méfiant. C'est ce qui restait à voir. Pour l'instant tout ce qui m'important c'était de veiller sur ma soeur et de retouver notre mère coûte que coûte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau monde   Dim 8 Mar - 19:36

Je retournais les yeux pour m'intéresser à mon morceau de pain avec du chocolat. Tout en écoutant mon frère, je mangeais mon gouter. Je l'écouta parler de chaque membre de la famille Cullen. Qui était également une partie encore inconnu de ma famille et la sienne. Toute fois Anthony semblait assez réserver et réticent. Victoria nous avait longtemps parler de cette famille. Elle avait dit que Alice avait raconté à Edward que Bella allait avoir deux enfants et il était partie.

Mon regard se perdit sur un mouvement dans les branches passés. Anthony parla d'abord de Carlisle et Esmée, puis Emmet et Rosalie. De ses deux là, Victoria n'avait trop rien dit a part qu'Emmett n'était qu'une brute épaisse. Mais à écouter Anthony se n'était pas vraie. Ensuite, il vient à parler d'Alice et Jasper. Tout deux avec un dons assez spécial tout comme elle et son frère. Il finit enfin par parler d'Edward Cullen.

Je me retourna enfin vers lui. Lisant dans son regard. Il semblait méfiant. Moi aussi j'avais des choses à lui demande. Je voulais savoir la vérité. Trouver le problème chez nous. Nous étions nés sans jamais l'avoir connu où vu. Je secoua la tête en devinant ses pensées.


"Je ne suis plus sur de rien Anthony ... c'est irrationnel ... si Victoria disait vraie pourquoi ne m'a-t-il pas tué alors qu'il en a eu l'occasion la semaine dernière? Aprés cela qui sont les monstre ? Eux ? ou nous ? "

Me détournant de nouveau, je laissa mon esprit vagabonder autour de moi sans réaliser que deux lecteurs de pensées étaient dans le coin. Je me mit à penser au Clan que Victoria avait fondé pour anéantir des Cullen ... chose qui avait littéralement échoué. Soudainement je sursauta. Comprenant un peu. Les idées me revenaient de plus en plus clairs.

"Ils sont morts c'est ça ? Paul ... Charles ... Maman ... Victoria ... Laurent ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau monde   Dim 15 Mar - 8:07

    Comme à chaque jour, je passais la majeure partie de mon temps à veiller, la jeune fille que j'avais failli tuer. Ma chair, une partie de moi-même, ma fille. Cette idée me faisait encore drôle, mais malgré l'inquiétude que cela m'avait causé, le jour où Alice m'avait parlé de cette vision, aujourd'hui j'en étais plutôt fier. Moi, Edward Cullen, vampire depuis plus de 90 ans, j'étais maintenant père d'un garçon et d'une fille. Si quelqu'un m'avait dit ça il y a 10 ans, je l'aurais sans aucun doute traité de fou.

    Carlisle avait aménagé son bureau de façon à installer Marie le plus confortablement possible, afin de pouvoir suivre l'évolution de sa guérison. Pour ma part, je tenais rester à ses côtés le plus possible. C'était en grande partie de ma faute si ma fille avait échappé de près à la mort. Malheureusement, son frère Anthony, très protecteur envers elle, passait beaucoup de temps au chevet de sa jumelle, ce qui me rendait mes visites un peu plus délicates. On avait toujours de la difficulté à se parler mais possédant le même don que moi, nous discutions sans avoir à prononcer quoi que ce soit. Ce que je trouvais le plus difficile, avec mon fils, c'était le doute et la haine qu'il éprouvait à mon égart. Je voulais lui faire comprendre que ne savais pas que j'avais été promu au titre de père, sinon, jamais je n'aurais laissé Bella partir loin de moi. Je l'aimais trop. Toutefois, il semblait éprouver un certain blocage à savoir s'il devait me croire ou non.

    Étant donc un hybride, contrairement à moi, Anthony éprouvait la nécessité de dormir. Je profitais donc de ces moments d'humanisme pour me faufiler dans le bureau de mon père et veiller sur Marie. Elle me faisait tellement penser à sa mère. Aussi fascinante que Bella lorsqu'elle dormait.

    Aujourd'hui, alors que j'entendis, Anthony quitter sa chambre pour sortir aller se promener, je me décidai enfin d'aller retrouver Marie, afin de voir si elle allait mieux et attendre qu'elle se réveille. En arrivant dans la pièce, que Carlisle avait aménagé pour ses soins, je fut surpris de voir le lit vide. Je me concentrai un cours moment et une odeur qui m'était devenue familiaire depuis une semaine maintenant, provenait du rez-de-chaussée. Je descendis l'escalier et plus je m'approchais du palier où se trouvait le salon ainsi que le hall d'entrée, j'apperçu la porte vitrée qui menait sur le perron et pû entrevoir mes enfants adossés contre la paroie vitrée. Je restai debout sans bouger à les regarder de dos. Mon esprit capta dès lors leur conversation. Je ne faisais pas exprès, mais c'était plus fort que moi.

    Lorsque j'entendis ma fille avouer à son frère, ses doutes à propos de notre famille et senti son inquiétude à propos de sa mère et du reste du clan de Victoria, en demandant qui était mort. Je réalisai que je m'étais approché juste derrière eux et que je répondais déjà à sa question, d'une voix douce et calme, comme si je n'aurais pas voulu les déranger.


    - Je sais que Charles et Paul sont morts. Pour ce qui est de ta mère, heureusement, j'ai sû par Alice, qu'elle est toujours en vie. Elle aurait prit une route vers le nord, la menant au Cananda. Malheureureusement, je ne peux pas en dire autant de Laurent et Victoria. Ils ont réussi à nous échapper

    Je m'avançai un peu plus sur le perron pour les rejoindre mais ne m'arrêtai pas pour m'assoir à leur côté, comme un père l'aurait fait, pour les réconforter en les prenant dans ses bras. Il était beaucoup trop tôt pour de pareil rapprochement et je préférais y aller avec le plus de précautions possible. Je me tournai vers eux en les regardant dans les yeux. Anthony me toisait du regard tentant de lire dans mon esprit afin de voir mes intentions mais, même si je n'avais rien à cacher, son visage démontrait toujours une certaine hostilité à mon intention. Comment pouvais-je lui en vouloir. Je quittai le regard de mon fils et plongeai mes iris couleur d'or sur ceux de ma fille posé sur moi. J'aurais aimer savoir ce qui se passait dans sa tête en ce moment précis, mais j'en étais inccappable. Comme si elle avait eu la capacité de bloquer son esprit à toutes intrusions de ma part. Je ne voulais toutefois pas en rester là et dû lui demander si elle voulait bien me dire ce qui la tracassait tant.

    - Il y a quelque chose que tu veux savoir, Marie ?

    M'adressant maintenant aux deux

    - C'est le moment de me poser toutes les questions qui vous empoisonnent l'existance. Si je peux y répondre pour vous apaiser, ce serait bien la moindre des choses que je puisse faire.

    Attendant toutes réponses, j'en profitai pour m'assoire sur la première marche de l'escalier qui menait au jardin, pour ensuite reporter mon attention sur ma descendance en vue d'une réponse de l'un ou de l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau monde   Dim 15 Mar - 19:45

Je soupirais devant l'absence de réponse de mon frère. Visiblement j'avais touché un point sensible. J'avais toujours eu l'impression que Victoria ne disait pas la vérité. Elle s'était souvent montrée violente avec moi et j'en gardais encore quelques marques. Peu être plus depuis que j'étais passée entre les mains de Carlisle Cullen. J'étais très étonnée d'ailleurs de n'avoir qu'un bras dans le plâtre. Charles et Paul n'étaient pas méchant, Vampires âgée de 10 ans, ils n'avaient jamais rien fait de mal aux Hybrides. Ils avaient été là pour Bella pendant la grossesse. Charles était même prés à retrouver Edward. Mais Victoria l'en avait interdit. Laurent avait toujours été du coté de Victoria. Annonçant que les Cullen étaient des criminelles. Mais avec le temps je me sentais moi même une criminelle. Ne supportant plus l'idée de tué des humains; je changeai de régime pour devenir omnivore.

A cette pensée, je mordis dans ce qui restait de mon gouté. Au début j'avais eu du mal avec cette nourriture. Le sang avait bien meilleur gout. Mais à la fin, j'avais fini par pesé le pour et le contre. Au moins, je n'avais pas honte de tué son prochain, tué sa moiter. Malheureusement son organisme en demandant. J'avais besoin de sang. Je m'alimentait donc d'un humain une fois par mois. Le silence se fit entre les deux enfants. Je laissa tombé. Savant que Anthony finirait par me donner des réponses. Soudainement une vois s'éleva juste nous. j'avais bien entendu une personne arriver mais je n'arrivais pas à analyser l'odeur. Elle m'était familière mais inconnue. Ou plutôt, je ne savais pas à qui elle appartenant. Le vampire passa à coté nous pour s'assoir en bas des marches. Il gardait une certaine distance avec nous. Chose que je remarquais. Mais il y avait aussi autre chose. Une ressemble frappant. Des traites de son visage que je connaissais si bien pour etre également les miens. Son visage m'était plus que familier. Je comprenais désormais. Bella avait toujours dit que nous ressemblions à notre père. Je me trouvais en face de lui. Pendant toute ses années, je m'étais jurée que si je le voyais, je lui posera des questions. Je lui demanderais pourquoi ? Edward répondit à la question que j'avais posé à Anthony. Charles et Paul étaient donc mort. Bella, Victoria et Laurent toujours en vie. Soupirant, je baissa les yeux.


-Dommage ... Ils étaient tellement gentil ... je les aimais bien ...

Gentil. J'avais une drôle de définition du mots gentil. Pour moi nous étions les gentils et eux les méchants. Même si je mettais Victoria et Laurent dans le sac des méchants. Edward nous regardait lui aussi. Je sentais son regard sur moi. Redressant la tête et ne laissant pas paraitre ma tristesse, je plongeais mon regard dans les yeux d'Edward. Des yeux identiques au siens lorsqu'il était humain et en plus, un anneau rouge entour de la rétine en disant loin sur mon régime alimentaire. Edward me fixait lui aussi. Me demandant si j'avais des questions. Des questions ? j'en avais des tas. Des centaines de millier tout aussi important les une que les autres. Toute autant qu'elle était, elle me rongeant. Je répondit de ma voix douce et mielleuse.


-Je ne sais que dire ... mais ... je peux te montrer si tu veux.


Je le levais lentement. J'entendis Anthony pousser un grognement. Mais je ne relevais pas. Une par de moi avec confiance en lui. Elle me disait d'avance et de pas avoir peur. Cette partie de moi avait confiance en cet homme que l'on appelait "père". Mais l'autre partie m'en empêchait. Cette partie était du coté d'Anthony. Me suppliant de rester loin. Ignorant cette partie là je me dirigeais lentement vers lui. Collant mon bras blessé contre moi. Je descendit les marches d'une démarche gracieuse. Je m'assit à coté de lui tout en gardant mes distances. Encore cette partie de moi qui m'empêchant de pas avoir peur. Je levais ma main légèrement tremblante. Hésitante, je l'amena à son visage. Je déposa délicatement mes doigts tiède sur sa joue glacé puis mes phalanges.

Je ne lui épargna rien. Tout mes souvenirs les plus sombres et les plus profonds. Tout cela passant dans l'esprit d'Edward. Le 1ier flash se passait dans une salle sombre. C'était ma naissance. Mon premier souvenir de Maman. Elle était allonge sur un lit. Inconsciente. Autour d'elle s'activait Paul et Charles. Charles nous portant dans ses bras. Victoria entra un sourire de victoire aux lèvres. Laurent entra à son tours dans la pièce. Paul demanda " que fait-ton ? Charles soupira: vite elle va mourir. Victoria se pencha et la mordit. Le flash s'arrêta sur cette image. Quelques jours plus tard, Bella était transformé. Elle était dans un salon assit sur une chaise. Elle tenait Anthony dans ses bras. Moi j'étais dans les bras de Charles. Victoria était là elle aussi. C'était une dispute. Bella voulait retrouvée les Cullen. Victoria et Laurent l'en dissuadaient. Victoria était folle de rage. Elle cria à Bella qu'Edward ne l'avait jamais aimer. Qu'il était inutile de revenir sur le sujet. Il savait qu'elle était enceinte alors pourquoi était-il partie? J'eu un frisson en voyant défiler ses images devant moi. Ensuite, je vit un bon dans le passé. Nous avions 1 ans réellement. J'étais dans les bras de Bella. Elle parlait avec Laurent de leur éventualités à tué les Cullen. Bella demanda pourquoi. Victoria entra dans la pièce. Elle expliqua à Bella qu'elle devait ce venger. Edward devait aimer ses enfants, or ce n'était pas le cas. Il devait donc mourir pour avoir faire souffrir Bella et Victoria pour la mort de James. Je passais un événement qui m'avais fait énormément souffrir. J'avais 3 ans réellement mais physiquement 6 ans. Victoria avait lâche le morceau comme quoi Alice Cullen, la sœur d'Edward et extralucide avait dit leur père qu'elle avait eu une vision et que Bella était enceinte. C'était donc ça la raison du départ d'Edward. Les seuls responsables étaient Anthony et Marie. Et Je voulais savoir ... pourquoi? Je continuais à lui montre les images qui me passant par la tète. J'avais des questions. Toute les questions qu'un enfant peut se poser lorsqu'elle a grandit sans son père. Pourquoi es-tu partie ? Pourquoi ne nous aimait-tu pas ? Qu'avons nous fait de mal et beaucoup d'autre. Les images deffillaient toujours de l'esprit de mon pére. Je voulais qu'il sache tout. Qu'il ai l'impression d'avoir toujours vécu avec eux. J'arréta les images sur notre voyage de la Colombie jusqu'à Forks. J'étais seule avec Victoria et je lui demandais des comptes. Je voulais savoir si elle disait vraie ou pas. Elle m'avait frappé ce jours là pour me faire comprendre la verité pour elle et là vraie verité pour moi ainsi aussi pour me faire comprendre qu'elle avait raison. J'étais terrifiée lorsque nous étions arriver à Forks. La bataille commença. Je retirais ma main. Attendant une réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau monde   Dim 15 Mar - 21:10

    En avouant à Marie et Anthony la mort de Charles et Paul, la tristesse pû se lire sur leur visage. Marie prit la parole affirmant qu'elle les aimaient bien. Je ne savait pas trop quoi ajouter à ça à part de prendre la défense de ma famille sans m'attaquer à ce qui avait été la leur depuis leur naissance. Ce n'était pas le temps d'ouvrir les hostilités. La situation semblait de dérouler plutôt bien pour leur première vraie discution.

    - Je...je suis désolé pour eux mais on n'a fait que se défendre.

    Je décidai de changer de sujet en leur proposant de répondre à toutes les questions qu'ils avaient. Marie se montra plus ouverte qu'Anthony à ce sujet. Mon fils paraissait plus difficile d'approche que sa jumelle. Elle ressemblait tellement à Bella, le jour où j'étais parti, que j'eus comme un pincement au coeur.

    Marie se leva un peu hésitante mais ses gestes étaient toutefois légers et gracieux. Elle s'approcha de moi pour me montrer, comme elle disait, tout ce qu'elle voulait savoir, mais surtout, afin que je sache par quoi ils avaient passés pour en arriver jusqu'ici.

    Je fronçai les sourcils me demandant ce qu'elle allait faire. Elle posa une main agréablement tiède sur ma joue de marbre et soudain, une multitude d'images se mirent à défiler dans mon esprit. Le tout commença par leur naissance. J'étais fasciné par le don de ma fille, de me montrer ce qu'elle voulait me dire en partageant avec moi ses souvenirs par l'entremise de ses pensées. Je pouvais presque ressentir ses rares moments de joie, au détriments de ses jours de peine et de douleur qui avaient dû lui forger le caractère, ainsi que ses doutes et ses peurs.

    Un grognement s'échappa de ma gorge chaque fois que je voyais Victoria ou Laurent les alimentant des pires mensonges, afin de liguer mes enfants contre moi.


    * J'aurai la peau de cette garce, un de ces jours. *

    Marie retira sa main douce et chaude de mon visage aux traits durcis par la douleurs des images que je venais de voir défiler dans mon esprit. Je regardai mes enfants tour à tour et invitai Anthony à se rapprocher un peu plus de moi et sa soeur. Il hésita un moment et fini par s'approcher, gardant une certaine distance de moi mais je m'en offusquai pas le moindre du monde. Je souris plutôt heueureux de la tournure de l'événement et je repris la parole, d'une voix chaude et paternel. Je savais qu'en étant franc et honnête, était le meilleur moyen de gagner leur confiance même si cela n'allait pas être facile.

    - Je vais tenter de ne rien oublier sans pour autant vous ennuyer avec un long discours. Si je commence par le touut début. J'ai fait la connaissance de Bella, il y a environ 9 ou 10 ans déjà. Elle arrivait de Phoénix en Arisona, où elle vivait avec sa mère et son nouveau mari, pour venir vivre avec son père, Charlie Swan, qui se trouve à être le shérif de notre compté. La première fois que je l'ai vu, c'est au Lycée de Forks. C'était son premier jour ici et déjà elle avait réussi à piquer ma curiosité et susiter mon intéret. De tous les humains que j'ai côtoyé durant mon siècle d'existance, jamais personne ne m'avait autant attiré qu'elle. La raison première était parce qu'elle était la seule dont j'étais inccappable de lire ses pensées et cela me frustrait énormément.

    Je fit une pause afin de m'assurer que mes enfants m'écoutaient toujours, ce qui semblait être le cas, car ils avaient le regard rivé sur moi. Je poursuivis donc mon histoire.

    - Le temps passa et je ne pû faire autrement que de tomber fou amoureux d'elle. Elle était pour moi comme une drogue que je ne pouvais me passer. Par contre, plus le temps avançait plus je me voyais comme un danger pour elle. Je ne voulais pas qu'il ne lui arrive rien, et ça surtout par ma faute. Une nuit que j'étais aller la voir dormir dans sa chambre, comme je le faisais chaque nuit. Elle ne dormait pas et me surprenant, elle me demanda de rester avec elle, ce que je ne put lui refuser. Elle était tellement belle. Le désir s'empara de tout mon être. Je m'approchai pour l'embrasser mais mon désir prit le dessus.

    Je soupirai en me remémorant ce moment de passion et continuai sautant les passages plus intimes.

    - En me randant compte de ce que je venais de faire, surtout en renarquant l'état de la chambre et les quelques éccymoses qui commençait à colorer le corps de celle que j'aimais le plus au monde, étendue enormie à côté de moi, que je me devais de partir pour ne plus jamais avoir à lui faire de mal. Si j'avais penser qu'elle serait enceinte de moi, j'amais je ne l'aurait laisser seule.

    Je m'arrêtai incappable d'en rajouter tellement j'avais l'impression que mon corps se consumait de l'intérieur en ravivant ces souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau monde   Lun 16 Mar - 6:39

    Je ne fut pas surpris de voir Edward franchir la porte vitrée. C'était d'ailleurs la raison pour laquelle je n'avais pas répondu à ma soeur, sachant pour l'avoir lu dans l'esprit de mon géniteur, que j'avais toujours du mal à appeler père, allait le faire à ma place. Il passa à côté de moi et Marie, pour aller s'assoir au bas de l'escalier. J'appréciais qu'il garde une certaine distance de nous. Je me sentais encore mal à l'aise et pas encore tout à fait en confiance en sa présence. Il nous demanda si nous avions des questions. Pour ça, j'étais du même avis que ma soeur. J'en avais tant, que j'en avais presque la nausée. Ma jumelle prit la parole et lui offrit de lui montrer, grâce à son don, ce que nous avions vécus jusqu'au moment de la grande bataille. Ma gorge laissa échapper un grognement de désaprobation mais Marie ne s'en préoccuppa pas et s'approcha de lui, malgré ma réticence. Elle posa la main de son bras valide sur la joue ablâtre d'Edward et lui défila notre histoire.

    Je pouvais lire dans son esprit ce qu'il voyait, au fur et à mesure que les images défilaient dans son esprit. Son expression en disait long sur ce qu'il ressentait. J'eus soudain un élan de compassion pour cet homme assis devant moi. Ses sentiments semblaient aussi sincères que ses pensées vraies.

    Marie laissa retomber sa main sur elle. Edward la regarda un moment avant de se tourner vers moi pour m'inviter à m'approcher d'avantage. J'hésitai un court moment et fini par me décider. Je restai tout de même à une certaine distance de lui mais à proximité de ma jumelle.

    Mon père commença son récit. Je compris enfin comment on en était arrivé là. Toutfois, c'était sa version des faits. Et Alice dans tout ça ? Celle que Victoria appelait l'extralucide. Elle avait dû avouer à Edward, notre existance, pourtant il n'avait tout de même rien fait pour nous retrouver pendant toutes ses années.

    Je me levai d'un bond un peu furax et descendit au bas des marches jusqu'au jardin, lui balançant en pleine figure mon septicisme, plus bête que je ne l'aurait voulu.


    - Pff ! Ben ouais Rolling Eyes Raconte tes mensonges à d'autres qu'à moi. Le fait qu'Alice te mette au courant de notre exsistance à moi et Marie, TES enfants, ne t'a pas trop donner l'envie de nous retrouver, à ce que je vois ? Au fond, tu n'en as rien à faire de nous. Toutes tes attentions envers nous, c'est seulement un moyen de te racheter à nos yeux mais je n'ai aucune preuve de ta bonne volonté.

    Ce n'est pas parce que je pouvais lire dans l'esprit d'Edward Cullen, que ce que j'y lisais ne pouvait pas être déformé par sa volonté de bien vouloir me montrer ce qu'il avait envie que je crois. Je restai debout dans le jardin, lui tournant le dos. Bizzarement, je me sentais mal d'avoir été aussi injuste envers lui, sans même lui laisser la moindre chance. Je me demandai soudain si je devais les laisser, lui et ma soeur seuls à leur discution mais quelque chose m'en empêchait, mais quoi ? Peut-être mon côté humain prenait-il le dessus sur celui de vampire qui prédominait généralement ma personnalité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau monde   Dim 22 Mar - 0:57

J'avais reculée. J'étais debout devant mon père. Attendant une réaction qui vint assez rapidement. A l'écouter, il aimait notre mère à moi et à Anthony. Mais je n'étais sur de rien. J'avais envie de le croire. J'avais envie de croire que cet homme disait la verité. Mais cela me faisait mal. Tant de mensonge. Tant de haine contre ce père qui était parti. Tant de tristesse dans mes yeux de notre mère. J'étais perdue. J'avais eu trop d'information en peu de temps. J'avais découvert trop brutalement le mensonge dans lequel j'étais née ... le mensonge dans quoi nous avions grandit. J'étais soudainement en colère. Pas contre Edward, ni contre Anthony ni contre personne d'autre. J'étais en colère après moi. J'avais envie de le croire. Il semblait sincère. Mais la réaction d'Anthony me frappa. Il s'avança vers Edward et moi. Disant que c'était Edward le menteur.

Je détourna les yeux de mon père et de mon frére. Je soupirais. Deux choses s'offraient à moi. Soit, Edward avait dit tout le contraire de ce qu'il pensait et du coup cela avait fortement irrité Anthony. Chose que j'arriverais à comprendre. Mais si cette idée était vraie ... Edward ne se sera pas battu pour que je survive. La deuxième solution, je la connaissais trop bien. Assez pour savoir que Anthony ne se laisserait pas faire. Il avait bien plus souffert que moi de l'absence de notre père. Car lorsque l'on est gosse, le garçon est toujours plus proche du père et la fille de la mère. J'avais souffert moi aussi ... de l'absence de mon père ... j'aurais aimer grandir avec lui à mes cotes. Pour Anthony savait été toute une autre histoire. Il s'était forgé notre père dans les esprits des autres. Il avait grandit sans lui. Il n'allait pas être tenter avec lui dés le début. Mais je peux comprendre. Moi même je ne sais pas comme réagir. Je suis effrayée et heureuse. Je regardais de nouveau Anthony. Mon frère semblait bouillonner de rage. Le connaissant trop bien, j'avais doucement peur. Je me dirigeais vers lui. Edward aussi semblait agacer par la réaction de mon frère.

J'attrapais doucement le bras de mon frère pour qu'il se calme
: " Calme toi Anthony .... !!! je ... si te plait. "
Je me retournais enfin vers mon père. Il y avait une lieur étrange dans ses yeux. La même que celle de Maman, le désespoir. Mais pourquoi ?

- C'est ... c'est si durs d'apprendre la vérité vraie ... Mais comment s'appelle-elle ? euh Alice c'est ça ? Elle aura pu nous voir dans ses visions non ? Victoria a dit qu'elle pouvait voir l'avenir.Alors pourquoi ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un nouveau monde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un nouveau monde
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Relations d'un tout nouveau monde
» [Fiche d'île] Les Mers du Nouveau Monde
» À l’aube d’un nouveau monde. — EVENT.
» Tout un nouveau monde à découvrir
» MI7 ► à la conquête du nouveau monde.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Twilight - À la Croisée des Deux Mondes :: Forks :: Les Résidences :: Manoir des Cullen :: Extérieur-
Sauter vers: